Description

Succession de notes, des plus graves aux plus aigües, se divisant en groupe de 12 sons, appelée gamme chromatique. Chaque note est séparée par un intervalle appelé « demi-ton ». Cet intervalle est la plus petite distance existante entre deux sons dans le système tonal.

Système dans lequel il est possible de jouer des gammes à partir de n’importe quelle note de l’échelle chromatique. Une gamme est une succession de sept noms de notes différents (voir la gamme). Le nom d’une gamme est déterminé par sa fondamentale, donc la première note : gamme de do, gamme de fa, gamme de la, etc. Une gamme EST une tonalité. Par exemple, lorsque la gamme de ré est jouée dans une chanson, cette partie est dans la tonalité de ré

Les touches blanches sont les notes de l’échelle diatonique (tous des noms différents), c’est-à-dire les notes naturelles do, ré, mi, fa, sol, la et si. Les touches noires du piano sont les notes altérées. Ce sont les mêmes noms de notes, mais avec des altérations (par exemple : ré dièse (#), ré bémol ()). L’ensemble des touches offre la possibilité de jouer toutes les gammes du système tonal sur plusieurs octaves (c’est-à-dire un intervalle de 12 demi-tons, ou plus simplement, intervalle entre un do grave et un do aigu, entre un mi grave et un mi aigu, entre un sol# gave et un sol# aigu, etc.)..

Il existe trois altérations : le dièse (#) augmente les notes d’un demi ton plus aigu (exemple : fa, fa#), le bémol () baisse les notes d’un demi-ton plus grave (exemple : si, si), et le bécarre (…) annule l’effet des deux autres altérations (exemple : ré#, ré bécarre, ré, ré bécarre. Cette altération permet de revenir aux notes naturelles.

Succession de sept notes diatoniques à partir de n’importe quel son de l’échelle chromatique. Les enchaînements de demi-ton (1/2) et de ton entier (T) séparant chaque note déterminent la nature de la gamme. Pour une gamme majeure, l’enchaînement est : T-T-1/2-T-T-T-1/2. Pour la gamme mineure (harmonique) : T-1/2-T-T-1/2- T ½- 1/2.

Les sept notes d’une gamme peuvent être numérotées de 1 à 7 à l’aide de chiffres romains. Selon l’importance de la note, les degrés peuvent être identifiés avec des lettres majuscules ou minuscules. 

Premier degré : I; deuxième degré : ii, troisième degré : iii, quatrième degré : IV, cinquième degré : V, sixième degré : vi, septième degré : vii

Peu importe le point de départ sur la gamme sur l’échelle chromatique, les degrés sont toujours identifiés de la même façon. Les degrés I, iii et V font parties d’une suite de notes appelées « arpège ». IMPORTANT : peu importe la gamme, il est possible de jouer de nouvelles gammes et arpèges à partir des sept degrés. 

Superposition de plusieurs degrés de la gamme joués en même temps. La première note d’un accord est aussi nommée « fondamentale ».  L’accord le plus simple est la « triade » et elle se joue en superposant les notes d’un arpège (I, iii, V). Puisqu’une gamme comporte sept degrés, il est possible de jouer sept triades par tonalité. Par exemple, dans la tonalité de do, lorsqu’une triade a comme fondamentale la note fa, c’est l’accord du IVe degré (fa-la-do), et si la fondamentale est la, c’est l’accord du vie degré (la-do-mi), etc.